device not ready

Informatique et autres bizarreries

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Error'ed - Planet Oracle

planet-oracle-error.png

Merci pour les détails. Au moins, ils utilisent PDO, c’est déjà ça.

PDOException: SQLSTATE[42000] [1203] User db133070 already has more than 'max_user_connections'
active connections in lock_may_be_available() (line 167 of
/nfs/c09/h03/mnt/133070/domains/planet-oracle.com/html/includes/lock.inc).

Remarquez l’URL RESTfull :

http://planet-oracle.com/aggregator/Templates/Templates/www.deloitte.com/us/www.oracle.com/technology/tech/linux/asmlib?page=91

Benefits Street

Only in the UK

Une émission de la chaine britannique Channel 4 dresse un portrait ravageur des habitants d’un quartier de Birmingham bénéficiaires des aides sociales.

C’est mieux chez nous. L’assistanat est une valeur fondamentale en Wallonie, on ne rigole pas avec ces choses là.

Voyez la séquence où un des protagonistes reçoit une eviction notice parce qu’il ne paie plus son loyer. Ici, il faut des mois pour se débarrasser d’un locataire parasite, spécialement durant l’hiver. C’est normal : ce n’est pas à la collectivité de supporter le coût de son relogement et de son droit à vivre dignement. Il est plus naturel de faire supporter cela par un tiers, par exemple son bailleur.

Un esprit taquin pourra nous troller à propos des bénéfices du revenu de base inconditionnel face à une telle situation, encore que je me demande ce que ça changerait dans le cas d’espèce.

benefits_street.jpg

Vous devez passer les pubs vous-même et la video se bloque à pas mal d’endroits.

Error'ed - Crelan

Étonamment, assez peu d’informations filtrent sur cette page d’erreur de crelan.be. On est habitué à voir le nom d’une table dans la db, un numéro de ligne et le nom d’un fichier JSP ou PHP.

Bon, une page dédiée serait plus adaptée mais c’est parce que le site ne plante jamais qu’ils n’en n’ont pas vraiment besoin.

crelan-error.png

Fracking hell : pire que les éoliennes wallones

Il y a pire que la politique énergétique Ecolo en Wallonie.

Fracking hell: what it’s really like to live next to a shale gas well

Nausea, headaches and nosebleeds, invasive chemical smells, constant drilling, slumping property prices – welcome to Ponder, Texas, where fracking has overtaken the town.

Ce qui ne doit pas nous consoler : il y a toujours moyen de chercher plus bas.

Le ministre Henri fait marche arrière sur le dossier éolien

Les élections approchent. Face à l’opposition de nombreuses communes, le ministre Henri (Ecolo) fait marche arrière sur le dossier éolien.

Interrogé à la radio ce matin, le Ministre motive son choix par respect de la démocratie et l’écoute des citoyens plutôt que par des considérations politiques. Il s’agit soit d’un revirement par rapport à sa gestion du dossier jusqu’à présent, soit d’un brin de mauvaise fois.

À moins qu’il ne fût frappé de surdité dans un passé proche et lointain, sourd aux réclamations de riverains.

Ne vous laissez-pas duper.

Error - express.be

La page de debugging en production, c’est mal.

expres.be-cfm.png

La SNCB attribue ses retards à des facteurs externes

La SNCB attribue ses retards à des facteurs externes - LeVif

La SNCB invoque l’augmentation des chantiers de sécurisation du rail après la catastrophe de Buizingen et l’impact des nouveaux systèmes de freinage, ainsi que les accidents aux passages à niveau.

À prendre comme un aveu de défaut de sécurité. Qu’est-ce qui avait été fait après l’accident de Pécrot, antérieur à celui de Buizingen? Et avant cela encore? Rien, ou pas grand chose, la sécurité n’étant pas vraiment une préoccupation de la SNCB. Et quand le politique se décide à être un peu plus contraignant, le rattrapage de décennies de laisser-aller fait mal. Un peu facile de venir pleurnicher.

La SNCB semble considérer la sécurité des voyageurs comme une option, pas comme essentielle et faisant partie intégrante du transport et de sa mission.

Le cadre de référence éolien wallon anti-démocratique et discriminatoire

Le cadre de référence éolien en Wallonie serait-il anti-démocratique et discriminatoire ? C’est la question que se pose Christophe Leroy dans LeVif. Peu de temps après, le quotidien se montre nettement plus affirmatif et parle d’un brûlot scientifique qui accable la stratégie éolienne walonne comme étant inexploitable et truffée d’erreurs méthodologiques.

Retour sur un très vieux dossier, celui du projet de parc éolien à Chastre. Le même ministre Philippe Henry (Ecolo) faisait déjà preuve de dogmatisme et d’entêtement.

Ce projet a été rejeté à plusieurs reprises par le Conseil d’Etat et un troisième recours est pendant au point que la commune de Chastre envisage une action pour récupérer les frais occasionnés.

La lecture du Décret du 11 mars 1999 statuant suite à une enquête publique est édifiante. 744 personnes se sont prononcées pour, 12 ont eu un avis nuancé et 4 étaient favorables au projet.

Les objections sont balayées plus ou moins sommairement et avec plus ou moins de mauvaise foi.

Par exemple, le principe de précaution, dont Ecolo se réjouit pourtant quand il s’agit de l’appliquer aux OGM ou aux ondes GSM, trouve une application opposée en l’espèce : “l’absence de certitude scientifique ne doit pas retarder l’adoption des mesures effectives (…)” (p. 17). À comparer avec : “Nous espérons que le respect de ce principe de précaution prévaudra également dans le débat qui entoure le déploiement de la technologie 4G à Bruxelles”.

Vous voyez la raisonnement de sophiste ? Dans un cas, l’absence de certitude scientifique conduit à une abstention; dans l’autre, la charge de la preuve scientifique est renversée. C’est renversant.

À l’étranger, les distances minimales sont parfois de 1,5km à plus de 3km. Je n’ai pas retrouvé les chiffres mais on est je pense à moins de 500m et le nouveau cadre permet de descendre à 400m. Sans que le ministre y trouve à redire.

La question de la rentabilité, du coût de démontage (qu’advient-il du démantèlement du mas en fin de vie si la société commerciale qui l’exploite a cessé ses activités?) et de co-dépendance aux centrales nucléaires (qui doivent booster en cas d’absence de vent) sont bottées en touche (“le problème de rentabilité ne ressortit pas à la police des établissements classés”, p. 17, WTF).

Les risques de pollution du transformateur ou d’accident sont considérés comme adéquatement pris en compte (p. 16). Sans plus. Sans doute comme on le fait pour une centrale nucléaire.

Les possibles collusions avant des intérêts privés financiers sont écartés par principe, même si on a pu être troublé dans un autre dossier, le même ministre Ecolo étant encore une fois à la manoeuvre.

Et on peut continuer la lecture mais vous avez saisi le principe.

Ce décret est donc rédigé comme une décision de justice neutre, avec des paragraphes qui commencent par “Considérant”. Ca ressemble à une décision de justice impartiale mais il s’agit bien d’une décision politique, dont les arguments sont avancés pour les besoins de la cause. Un seul paragraphe aurait pu être rédigé comme suit : “Considérant qu’il faut installer des éoliennes et que toute autre considération est secondaire; Par ces motifs…” et aurait eu le mérite d’être plus honnête.

On est en droit d’avoir de sérieux doutes sur la pertinence et sur les motivations de ce cadre de référence.

Facture d'électricité

Sinistre Wallonie gouvernée par des boulets.

Après un bel effet d’annonce bien démago sur l’électricité moins chère pour les “petits” consommateurs, il est temps de faire machine arrière. Les ménages qui consomment plus de 3900 kWh verront leur facture augmenter. Cela devrait concerner près de la moitié des ménages wallons.

Au moins cette fois, on ne pourra pas leur reprocher de ne pas avoir pensé aux conséquences financières de leur stupidité. Le fiasco des primes aux panneaux photovoltaïques ne devrait pas se reproduire.

À présent, ce sera presque fifty-fifty : en simplifiant, la moitié d’entre nous offrira une prime énergie à l’autre moitié. Le truc consiste à se placer du bon côté.

Rien n’est évidemment plus injuste que ce genre de mesure débile. Test-Achats a encore une fois souligné ce mois-ci que les ménages les moins fortunés ne peuvent pas se permettre de faire des économies d’énergie.

Celui qui a une cuisinière électrique sera pénalisé, alors que celui qui cuisine au gaz ne le sera pas. Celui qui vit dans une maison basse énergie et qui n’utilise l’électricité que comme appoint de chauffage sera aussi pénalisé.

Je cuisine au gaz, je chauffe au gaz, et dorénavant, je m’abstiendrai d’utiliser la bouloir électrique pour chauffer l’eau.

J’utilise un radiateur électrique dans la salle de bain en complément du chauffage au gaz, pour éviter de chauffer inutilement la pièce pour quelques minutes d’utilisation. Eh bien non, il ne faut plus faire ça, il vaut mieux chauffer à la bonne température, bien à l’avance, avec le chauffage central, et ne pas utiliser de radiateurs électriques.

La Wallonie est chaque jour un peu plus conne.

Spam avec plein de monde comme destinataire

C’est encore possible aujourd’hui ? Reçu un spam de All Cosmetic Cars avec des dizaines d’adresses emails visibles comme destinataires.

Aucun lien de désinscription, aucune information sur le respect de la vie privée. Vraiment, la classe comme façon de faire du business.

Priorité de droite

Cette semaine, un boulet en BMW décapotable (si tu te reconnais, oui, c’est toi) m’a refusé la priorité à un carrefour.

Je m’étais arrêté pour céder le passage aux véhicules venant de ma droite. Ceux-ci étant passés, je me remets progressivement en marche mais le monsieur en BMW, venant de ma gauche, continue et me coupe la route. Un coup de klaxon, ce type s’arrête et, profitant du fait qu’il roule en décapotable, je l’entends me crier :

Et mon gars, tu t’arrêtes à un carrefour, tu perds ta priorité.

Je vois qu’on se tutoie. Et bien, perdu, boulet. Cette vieille règle a changé depuis mars 2007. Ca veut donc dire que tu coupes la route aux gens depuis plus de 5 ans… Bravo. Une petite révision, pardon, un gros recyclage s’impose. Je t’aide à trouver la règle en question :

b. La voiture qui vient de droite est arrêtée.

- La voiture qui vient de droite est ARRÊTÉE.

- La voiture bleue doit céder le passage à la voiture verte, car la voiture verte conserve sa priorité même si elle s’est d’abord arrêtée.

Ah, et pour aggraver ton cas, sache qu’avant cela, on perdait la priorité bien qu’on vienne de la droite en redémarrant après s’être arrêté, pas en s’arrêtant. Sans doute la distinction est-elle trop subtile pour toi mais ne t’en fais pas, on a simplifié tout ça entre autres pour les gens comme toi. Rassure-toi, le Ministre fait la même erreur dans sa brochure (honteux).

Tu as donc tout faux, mec.

Ressusciter est un faux-ami

Une Australienne de 41 ans a été ramenée à la vie après 42 minutes de mort clinique, durant lesquelles les médecins lui ont administré des massages cardiaques, ont raconté ces derniers lundi. J’ai utilisé des chocs multiples et plusieurs médicaments pour la ressusciter

Ici, , là aussi, par là, et encore là

À comparer avec une version originale :

(I used) multiple shocks, multiple medications just to resuscitate her

Sauf que “resuscitate” se traduit par “réanimer”. Et les journaleux de recopier servilement, sans doute sans relire. Ce qu’il faudrait ressusciter chez eux, c’est leur cerveau.

Coder après 40 ans

La question est lancinante pour les développeurs en voie de vieillissement : peut-on encore coder après 40 ans ?

J’approche dangereusement de cet âge vintage où, contrairement à ce que ceux qui ont vécu aussi longtemps prétendent souvent, on n’est plus vraiment jeune.

Et où j’ai encore envie de coder, mais plus que ça. J’ai surtout envie d’entreprendre. Ca tombe bien, car être développeur après 40 ans devient difficile. Pourquoi?

Les vraies raisons

  • Vous coûtez cher. Doublement cher. En salaire, naturellement. Mais en cotisations patronales également, du seul fait de votre âge pour un salaire donné. C’est un des nombreux effets pervers de notre système de cotisations sociales.
  • La plupart des développements ne demandent pas un senior. La mise en place de l’architecture, la découpe d’une application, le choix des technos, … oui. Mais le gros du travail, un fois les balises posées, est avantageusement exécuté par des personnes moins expérimentées et moins couteuses.
  • Il est plus difficile de vous faire gober des énormités qu’à un jeune. Par exemple, prester des heures supplémentaires sans compensation alors que le projet a été d’emblée mal géré et qu’on n’a pas écouté le dev senior qui voyait venir l’écueil, ou parce que “les chiffres sont mauvais” et que “c’est la crise” (alors que vos collègues vendeurs sont malgré tout payés de l’or en bar et que le département marketing est dispendieux).

Les mauvaises raisons

Elles ne résistent pas à l’analyse mais renforcent l’idée du recruteur que vous n’êtes pas la personne adéquate :

  • Vous êtes moins ouvert aux nouvelles technos. Le jeune serait baigné dans les technos les plus récentes et serait plus à même de mieux les comprendre.
  • Plus facile à former : votre esprit serait trop empreint de veilleries et vous auriez tendance à vous fermer ou à vous raccrocher à vos acquis.
  • Moins de flexibilité dans les horaires, à cause de la vie de famille.

Bien entendu, même dans la quarantaine, vous pouvez être avide de nouveautés, bénir les bonnes technos qui arrivent enfin et que vous attendiez depuis une décennie tout restant circonspect face aux mauvaises recettes qui ont déjà échoués par le passé.

Et avec des collègues motivés, je n’ai pas eu l’occasion de noter de différence entre collègues plus jeunes et plus âgés ni avec ou sans enfants quand il s’agit de donner un coup de collier avant une livraison. Les horaires difficiles et les heures supp’ devraient d’ailleurs rester exceptionnels sur des projets agiles…

Un problème culturel

Il semblerait que le problème soit particulièrement aigu en France, bien plus qu’en Belgique. Quand je vois l’archaïsme du marché du travail IT en France, fait de titres ronflants et d’apparences, cela me semble concordant. Par opposition, un poste technique à un âge avancé semble plus normal aux États-Unis.

Chef de projet

L’évolution “naturelle” serait de passer chef de projet, ce qui est une aberration . Architecte ou spécialiste technique ou formateur comme le suggère Guillaume Delamarre sont des évolutions naturelles, mais pas chef de projet.

Pour lui, c’est comme si un serveur de restaurant devait naturellement devenir cuisinier. Ou, pour remettre cette analogie à une sauce aéronautique encore plus à mon goût, comme si un steward devait nécessairement devenir pilote. :-p

Si l’opportunité se présente, interrogez-vous : est-ce vraiment ce que vous avez envie de faire ?

Les parades

Au risque de vous décevoir, je n’en vois pas vraiment. Quelques pistes :

Ne pas se laisser dépasser. Constamment rester à la page. Il ne faut que quelques années pour être largué. Dans le domaine web/java, encore moins que ça. Même si votre “vieille” maîtrise d’un domaine appartenant au passé (PowerBuilder, COBOL, …) est, dans un premier temps, plus recherchée et plus lucrative, ce n’est peut-être pas un choix judicieux sur le long terme.

Avoir un projet informatique personnel, solution proposée par mageekbox. Vous vous emmerdez à votre travail mais vous avez un chouette projet sur le côté.

Been there, done that. Au final, vous ne retirez aucun épanouissement des 40 heures/semaine + trajets que vous prestez pour votre job alimentaire. Vous y ajoutez la frustration de ne pas pouvoir travailler sur votre vrai projet pendant ces longues heures, et vous puisez sur votre temps libre pour faire de l’informatique qui vous plait. À ne garder qu’en dernier recours.

Mettre de côté et ne pas augmenter vos charges, ce qui semble aller à contre-courant de ce qui se fait. La quasi-totalité des gens que je côtoie attendent ou ont attendu 30-35 ans pour avoir des enfants. Il leur faut alors un logement plus grand (et plus coûteux), une voiture plus grande voire une première voiture. Dans pas mal de cas, la mère arrête de travailler, ce qui aggrave encore la situation financière. La charge des études supérieures se manifeste justement quand le père-codeur a 40 ou 50 ans et qu’il devient plus difficile de conserver un travail rémunérateur.

Chacun se met le couteau qu’il veut sous la gorge :)

Passer freelance comme prestataire à temps plein pour un client. Vous n’êtes plus perçu comme un investissement pour la société mais comme un prestataire de services. Vous pouvez calquer votre rate sur le boulot et sur l’offre et la demande sans tenir compte de qualités qui, à vos yeux (mais pas à ceux du client), justifieraient des honoraires plus élevés. Vous réduisez ainsi l’écart avec les plus jeunes.

Ce dernier point n’est que très théorique. Passer du statut d’employé à indépendant a bien d’autres implications qui ne vous conviendront pas forcément. Et vous ne braderez jamais vos tarifs jusqu’au niveau d’un junior, ne serait-ce parce que ça ne colle pas commercialement.

Par contre, passer freelance et travailler sur des projets reste une bonne option. Vous ne proposez pas un rate mais un prix fixe pour un travail donné. Vous faites non seulement du technique, mais vous faites probablement du technique comme ça vous plaît. Cela implique bien entendu de décrocher des contrats et de multiplier les clients.

Lancer votre boîte. Ce qui vous amènera peut-être à… moins développer. Sauf lors de la phase où vous attaquez un prototype, depuis votre garage (personnellement, je travaille depuis ma terrasse), ou lors de la phase extatique de développement d’un produit. L’entreprenariat implique cependant de bosser sur un tas d’autres choses que du développement, avec un risque d’échouer et de vivre un certain temps sans le sous. Et cela suppose une volonté réelle d’entreprendre, avec une idée viable à concrétiser.

Malheureusement pas de silver bullet à vous proposer, je le crains.

Obama fait une légère marche arrière

President Obama outlined plans Friday to improve privacy protections within National Security Agency surveillance programs and to better explain to the public how the NSA operates.

N’est-ce pas la tactique désormais classique qui consiste à bafouer sérieusement les libertés individuelles puis, pour donner un semblant de juste mesure, à revenir en partie en arrière mais en conservant l’essentiel?

“It’s not enough for me as president to have confidence in these programs”

Déjà là, n’a-t-on pas un problème si le Obama lui-même accorde sa confiance dans un programme massif de surveillance de la population?

Bonus : en écrivant ce qui précède, est-ce que j’encours le risque de ne pas pouvoir accéder au territoire US?

Page lente

Vu un jour dans le code source d’une page internet :

<input type="hidden" name="__VIEWSTATE" value="dDwtMTQ1NTYwMTg2Njt0PDt
<sPGk8MT47PjtsPHQ8O2w8aTwwPjtpPDI+O2k8Mz47aTw0PjtpPDU+O2k8Nj47aTw3Pjtp
<PDg+O2k8OT47aTwxMD47aTwxMT47aTwxMj47aTwxMz47aTwxND47aTwxNT47aTwxNz47P
<jtsPHQ8O2w8aTwwPjtpPDE+O2k8Mj47PjtsPHQ8O2w8aTwwPjs+O2w8dDw7bDxpPDA+O2
<k8MT47aTwyPjs+O2w8dDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MD47PjtsPHQ
<8O2w8aTwwPjs+O2w8dDxwPHA8bDxUZXh0O05hdmlnYXRlVXJsO1Zpc2libGU7PjtsPFZv
<aXI7amF2YXNjcmlwdDp2YXIgdyA9IHdpbmRvdy5vcGVuKCcuLi8uLi9jb21tb24vSW1hZ
<2VfTGlzdC5hc3B4P2lka2V5PTcwNyZpZGxpbmtlZHRvPTYmdXNlcj03MDcmY3Vycj0xJm
<lsbmc9MSZjYXRlZ29yeT02JywgJycsICdzY3JvbGxiYXJzPTEsbWVudWJhcj0wLCByZXN
<pemFibGU9eWVzLCB0b29sYmFyPTAsaGVpZ2h0PTgwMCx3aWR0aD0xMTAwLGxlZnQ9NTAs
<dG9wPTUwLHJlc2l6YWJsZT15ZXMnKTtvPGY+Oz4+Oz47Oz47Pj47Pj47dDxwPGw8Vmlza
<WJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MD47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV4dDtOYXZpZ2F0ZVVybD
<s+O2w8QWpvdXRlciB1biBub3V2zWF1IGxvZ287amF2YXNjcmlwdDogaWYgKGNvbmZpcm0
<oJ0VucmVnaXN0cmV6IHZvcyBkb25uw6llcyBhdmFudCAhIFZvdXMgcmlzcXVleiBkZSBs
<ZXMgcGVyZHJlIHNpIHZvdXMgYXBwdXlleiBzdXIgbGUgYm91dG9uIE9LLiBWb3VsZXogd
<m91cyBjb250aW51ZXIgPycpKSBsb2NhdGlvbi5ocmVmID0gJy9jci5yZXNhL3VpL21pc2
<MvTWVkaWFfVXBkYXRlLmFzcHg/aWQ9NzA3JmlkbGlua2VkdG89NiZjYXRlZ29yeT02JnV
<zZXI9NzA3JmN1cnI9MSZpbG5nPtEnXDs7Pj47Pjs7Pjs+Pjt0PEAwPHA8cDxsPERhdGFL
<ZXlzO18hSXRlbUNvdW50Oz47bDxsPGk8OTU3Mz47PjtpPDE+Oz4+Oz47Ozs7Ozs7Oz47b
<DxpPDA+Oz47bDx0PDtsPGk8MT47aTwzPjtpPDU+Oz47bDx0PHA8cDxsPEltYWdlVXJsOz
<47bDxodHRwOi8vd3d3LnZveWFnZXJlbnR1bmlzaWUuY29tL2NyLmZ3ay9pbWFnZXMvYWZ
<maWxpYXRlcy9BZmZpbGlhdGUtNzA3LTIwMTEwNzE5LTEwNDYwMi5qcGc7Pj47cDxsPElk
<S2V5O0lkTGlua2VkVG87QWx0Oz47bDw3MDc7NjtcZTs+Pj47Oz47dDxwPGw8VmlzaWJsZ
<Ts+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MD47PjtsPHQ8O2w8aTwxPjs+O2w8dDxwPGw8dmFsdWU7Pj
<tsPDs+Pjs7Pjs+Pjs+Pjt0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+O2w8aTwwPjs+O2w
<8dDw7bDxpPDE+O2k8Mz47PjtsPHQ8cDxsPFZpc2libGU7PjtsPG88Zj47Pj47bDxpPDA+
<Oz47bDx0PEA8amF2YXNjcmlwdDogaWYgKGNvbmZpcm0oIkVucmVnaXN0cmV6IHZvcyBkb
<25uw6llcyBhdmFudCAhIFZvdXMgcmlzcXVleiBkZSBsZXMgcGVyZHJlIHNpIHZvdXMgYX
<BwdXlleiBzdXIgbGUgYm91dG9uIE9LLiBWb3VsZXogdm91cyBjb250aW51ZXIgPyIpKSB
<sb2NhdGlvbi5ocmVmID0gIi9jci5yZXNhL3VpL21pc2MvTWVkaWFfVXBkYXRlLmFzcHg/
<bWVkaWE9OTU3MyI7L2NyLnJlc2EvaW1hZ2VzL2VkaXQuZ2lmO8OJZGl0ZXI7Pjs7Pjs+P
<jt0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+O2w8aTwwPjs+O2w8dDxAPGphdmFzY3JpcH
<Q6IGlmIChjb25maXJtKCJFbnJlZ2lzdHJleiB2b3MgZG9ubsOpZXMgYXZhbnQgISBWb3V
<zIHJpc3F1ZXogZGUgbGVzIHBlcmRydSBzaSB2b3VzIGFwcHV5ZXogc3VyIGxlIGJvdXRv
<biBPSy4gVm91bGV6IHZvdXMgY29udGludWVyID8iKSkgbG9jYXRpb24uaHJlZiA9ICIvY
<3IucmVzYS91aS9taXNjL0NvbmZpcm1EZWxldGUuYXNweD90eXBlPTEzJmlkPTk1NzMiOy
<9jci5yZXNhL2ltYWdlcy9kZWxldGUuZ2lmO1N1cHByaW1lcjs+Ozs+Oz4+Oz4+Oz4+Oz4
<+Oz4+Oz4+Oz4+O3Q8cDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+Pjs+O2w8aTwwPjs+O2w8
<dDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MD47aTwxPjtpPDI+Oz47bDx0PHA8b
<DxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+O2w8aTwwPjs+O2w8dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cD
<xsPFRleHQ7VmlzaWJsZTs+O2w8Vm9pcjtvPGY+Oz4+Oz47Oz47Pj47Pj47dDxwPGw8Vml
<zaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MD47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8QWpvdXRl
<ciB1biBub3V2fWF1IGxvZ287Pj47Pjs7Pjs+Pjt0PEAwPDs7Ozs7Ozs7Pjs7Pjs+Pjs+P
<jt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFByw6lwYXJhdGlvbiBkZXMgZG9ubsOpZXMgc3VyIGxlIH
<BhaWVtZW50Li4uOz4+Oz47Oz47Pj47dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PDtsPGk8MD47aTwxPjt
<pPDI+Oz47bDx0PDtsPGk8MD47aTwxPjtpPDI+O2k8Mz47PjtsPHQ8cDxsPGNsYXNzOz47
<bDxjcl9wcm9ncmVzc2lvbmJhcl9lbmFibGVkOz4+Ozs+O3Q8cDxsPGNsYXNzOz47bDxjc
<l9wcm9ncmVzc2lvbmJhcl9lbmFibGVkOz4+Ozs+O3Q8cDxsPGNsYXNzOz47bDxjcl9wcm
<9ncmVzc2lvbmJhcl9lbmFibGVkOz4+Ozs+O3Q8cDxsPGNsYXNzOz47bDxjcl9wcm9ncmV
<zc2lvbmJhcl9zZWxlY3RlZDs+Pjs7Pjs+Pjt0PDtsPGk8MD47aTwxPjtpPDI+O2k8Mz47
<aTw0Pjs+O2w8dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFJlY2hlcmNoZTs+P
<js+Ozs+Oz4+O3Q8O2w8aTwwPjs+O2w8dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxTw6lsZWN0aW9uOz
<4+Oz47Oz47Pj47dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPERldmlzOz4+Oz4
<7Oz47Pj47dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFBhaWVtZW50Oz4+Oz47
<Oz47Pj47dDw7bDxpPDA+Oz47bDg0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPENvbmZpcm1hdGlvbjs+P
<js+Ozs+Oz4+Oz4+O3Q8O2w8aTwwPjs+O2w8dDw7bDxpPDE+Oz47bDx0PHA8bDxWaXNpYm
<xlOz47bDxvPGY+Oz4+Ozs+Oz4+Oz4+Oz4+Oz4+O3Q8O2w8aTwxPjtpPDM+O2k8NT47aTw
<3PjtpPDk+O2k8MTE+Oz47bDx0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+Ozs+O3Q8cDxw
<PGw8VGV4dDs+O2w8RWwgSGFuYSBCZWFjaDs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8R
<W5mYW50IC00IGFucyBncmF0dWl0IGF2ZWMgMiBhZHVsdGVzOz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bD
<xUZXh0Oz47bDwzIMOpdG9pbGVzOz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0O05hdmlnYXRlVXJ
<sOz47bDxTb3Vzc2U7amF2YXNjcmlwdDogU2hvd0NpdHlXaW5kb3coJ2h0dHA6Ly93d3cu
<dm95YWdlcmVudHVuaXNpZS5jv20vY3IucmVzYS91aS9idXNpbmVzcy92aWxsZS1kZXNjc
<mlwdGlmLVNvdXNzZS0xMDYtNzA3LTEtMS1wb3B1cD0xLmFzcHgnKTs+Pjs+Ozs+O3Q8cD
<xwPGw8VGV4dDtOYXZpZ2F0ZVVybDs+O2w8VHVuaXNpZTtqYXZhc2NyaXB0OiBTaG93RGV
<zdGluYXRpb25XaW5kb3coJ2h0dHA6Ly93d3cudm95YWdlcmVudHVuaXNpZS5jb20vY3Iu
<cmVzYS91aS9idXNpbmVzcy9kZXN0aW5hdGlvbi1kZXRhaWwtVHVuaXNpZS0xLTcwNy0xL
<TEtcG9wdXA9MS5hc3B4Jyk7Pj47Pjs7Pjs+Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPEEgcGFydG
<lyIGRlIChqai9tbS9hYWFhKSA6Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDwwMi8wNC8
<yMDEyOz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxKdXNxdSdhdSAoamovbW0vYWFhYSkg
<Ojs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8MDUvMDQvMjAxMjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwP
<Gw8VGV4dDs+O2w8VmV1aWxsZXogY29ycmlnZXIgbGVzIGVycmV1cnMgc3VpdmFudGVzID
<o7Pj47Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFw8bGlcPk1lcmNpIGRlIGJpZW4gdm91bG9
<pciByZW1wbGlyIHRvdXMgbGVzIG5vbXMgZGVzIGNsaWVudHMuIE5CIDogTGUgY2FyYWN0
<w6hyZSB8IG4nZXN0IHBhcyBhdXRvcmlzw6kgZGFucyBsZXMgbm9tcyBkZXMgY2xpZW50c
<yBldCBsZXMgcmVtYXJxdWVzIHN1ciBsZXMgYsOpYsOpcylcPC9saVw+Oz4+Oz47Oz47dD
<xwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxcPGxpXD5NZXJjaSBkZSBiaWVuIHZvdWxvaXIgcmVtcGxpciB
<sZXMgY2hhbXBzIHJlcXVpcy5cPC9saVw+Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxc
<PGxpXD5NZXJjaSBkZSBiaWVuIHZvdWxvaXIgYWNjZXB0ZXIgbGVzIGNvbmRpdGlvbnMgZ
<8OpbsOpcmFsZXMgZGUgdmVudGVcPC9saVw+Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bD
<xcPGxpXD5NZXJjaSBkZSBiaWVuIHZvdWxvaXIgdsOpcmlmaWVyIHZvdHJlIGFkcmVzc2U
<gZS1tYWlsXDwvbGlcPjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8XDxsaVw+TWVyY2kg
<ZGUgYmllbiB2b3Vsb2lyIGNob2lzaXIgbGUgcG9pbnQgZGUgcmV0cmFpdCBkZSB2b3RyZ
<SBkb3NzaWVyIGRlIHZveWFnZSA7Pj47Pjs7Pjt0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz
<4+O2w8aTwzPjs+O2w8dDxwPGw8dmFsdWU7VmlzaWJsZTs+O2w8UmV0b3VyO288Zj47Pj4
<7Oz47Pj47dDw7bDxpPDE+O2k8Mz47aTw1PjtpPDc+O2k8OT47aTwxMT47aTwxNz47aTwx
<OT47aTwyMz47aTwyNT47aTwyNz47aTwyOT47aTwzMT47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV4dDs+O
<2w8TW9udGFudCB0b3RhbCA6Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDwxODAuOTYwIE
<RUOz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0O1Zpc2libGU7PjtsPE1vbnRhbnQgdG90YWwsIGF
<wcsOocyByZW1pc2UgSW50ZXJuZXQgOjtvPGY+Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxWaXNpYmxl
<Oz47bDxvPGY+Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxMaXN0ZSBkZXMgcGVyc29ub
<mVzIC8gUm9vbWluZyBsaXN0IDo7Pj47Pjs7Pjt0PHA8bDxfIUl0ZW1Db3VudDs+O2w8aT
<wxPjs+PjtsPGk8MT47PjtsPHQ8O2w8aTwyPjtpPDM+Oz47bDx0PEA8Q2hhbWJyZSAxIDo
<7Tm9tcyBkZXMgb2NjdXBhbnRzOz47Oz47dDxAMDxwPHA8bDxQYWdlQ291bnQ7XyFEYXRh
<U291cmNlSXRlbUNvdW50O18hSXRlbUNvdW50O0RhdGFLZXlzOz47bDxpPDE+O2k8Mz47a
<TwzPjtsPD47Pj47Pjs7Ozs7Ozs7Ozs+O2w8aTwwPjs+O2w8dDw7bDxpPDE+O2k8Mj47aT
<wzPjs+O2w8dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPEFkdWx0ZSAoMSkgOjs
<+Pjs+Ozs+Oz4+O3Q8O2w8aTwwPjs+O2w8dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxBZHVsdGUgKDIp
<IDo7Pj47Pjs7Pjs+Pjt0PDtsPGk8MD47aTwxPjs+O2w8dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxWb
<3MgcmVjb21tYW5kYXRpb25zIHBvdXIgY2V0dGUgY2hhbWJyZSA6Oz4+Oz47Oz47dDw7bD
<xpPDU+Oz47bDx0PHA8cDxsPFZpc2libGU7PjtsPG88Zj47Pj47Pjs7Pjs+Pjs+Pjs+Pjs
<+Pjs+Pjs+Pjt0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+O2w8aTwwPjtpPDI+Oz47bDx0
<PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFZvcyBvcHRpb25zIHBheWFibGVzIHN1ciBwbGFjZSAoc291c
<yByw6lzZXJ2ZSBkZSBkaXNwb25pYmlsaXTDqSkgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8dDxwPHA8bDxEYX
<RhVGV4dEZpZWxkO0RhdGFWYWx1ZUZpZWxkOz47bDxUaXRsZTtJZDs+Pjs+O3Q8aTwwPjt
<APD47QDw+Pjs+Ozs+Oz4+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8Vm9zIFJlbWFycXVlcyAvIFJl
<Y29tbWFuZGF0aW9ucyA6Oz4+Oz47Oz47dDw7bDxpPDA+O2k8MT47aTwyPjtpPDQ+O2k8N
<j47aTw3PjtpPDg+O2k8OT47aTwxMD47aTwxMz47aTwxNj47aTwyMD47aTwyMT47aTwyND
<47aTwyNT47aTwyNz47aTwyOT47aTwzMT47aTwzMj47aTwzMz47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV
<4dDs+O2w8SW5mb3JtYXRpb25zIHN1ciBsZSBjbGllbnQgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8
<VGV4dDs+O2w8Vm91cyDDqnRlcyBkw6lqw6AgaW5zY3JpdHMgZXQvb3Ugdm91cyBwb3Nzw
<6lkZXogdW5lIFw8Ylw+Q2FydGUgZGUgRmlkZWxpdMOpXDwvYlw+ID87Pj47Pjs7Pjt0PH
<A8cDxsPFRleHQ7PjtsPEVtYWlsL07CsCBjYXJ0ZSBkZSBmaWTDqWxpdMOpIDo7Pj47Pjs
<7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPE1vdCBkZSBwYXNzZSA6Oz4+Oz47Oz47dDw7bDxpPDE+
<O2k8Mz47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8wqDCoMKgUG91ciByw6ljdXDDqXJlciB2b
<3RyZSBtb3QgZGUgcGFzc2UsIGNsaXF1ZXo7Pj47Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPG
<ljaTs+Pjs+Ozs+Oz4+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8Vm91cyB2b3VsZXogcG91cnN1aXZ
<yZSB2b3RyZSByw6lzZXJ2YXRpb24gZW4gcmVtcGxpc3NhbnQgc2ltcGxlbWVudCBsZSBm
<b3JtdWxhaXJlIHN1aXZhbnQgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8Q2l2aWxpd
<MOpIDo7Pj47Pjs7Pjt0PHQ8O3Q8aTw0PjtAPFxlO01yO01tZTtNbGxlOz47QDxcZTsxOz
<I7Mzs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8UHLDqW5vbSgqKSA6Oz4+Oz47Oz47dDx
<wPHA8bDxUZXh0Oz47bDxOb20oKikgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8RW1h
<aWwoKikgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VGV4dDs+O2w8TW9iaWxlKCopIDo7Pj47Pjs7P
<jt0PHQ8O3A8bDxpPDA+O2k8MT47aTwyPjtpPDM+O2k8ND47aTw1PjtpPDY+O2k8Nz47aT
<w4PjtpPDk+O2k8MTA+O2k8MTE+O2k8MTI+O2k8MTM+O2k8MTQ+O2k8MTU+O2k8MTY+O2k
<8MTc+O2k8MTg+O2k8MTk+O2k8MjA+O2k8MjE+O2k8MjI+O2k8MjM+O2k8MjQ+O2k8MjU+
<O2k8MjY+O2k8Mjc+O2k8Mjg+O2k8Mjk+O2k8MzA+O2k8MzE+O2k8MzI+O2k8MzM+O2k8M
<zQ+O2k8MzU+O2k8MzY+O2k8Mzc+O2k8Mzg+O2k8Mzk+O2k8NDA+O2k8NDE+O2k8NDI+O2
<k8NDM+O2k8NDQ+O2k8NDU+O2k8NDY+O2k8NDc+O2k8NDg+O2k8NDk+O2k8NTA+O2k8NTE
<+O2k8NTI+O2k8NTM+O2k8NTQ+O2k8NTU+O2k8NTY+O2k8NTc+O2k8NTg+O2k8NTk+O2k8
<NjA+O2k8NjE+O2k8NjI+O2k8NjM+O2k8NjQ+O2k8NjU+O2k8NjY+O2k8Njc+O2k8Njg+O
<2k8Njk+O2k8NzA+O2k8NzE+O2k8NzI+O2k8NzM+O2k8NzQ+O2k8NzU+O2k8NzY+O2k8Nz
<c+O2k8Nzg+O2k8Nzk+O2k8ODA+O2k8ODE+O2k8ODI+O2k8ODM+O2k8ODQ+O2k8ODU+O2k
<8ODY+O2k8ODc+O2k8ODg+O2k8ODk+O2k8OTA+O2k8OTE+O2k8OTI+O2k8OTM+O2k8OTQ+
<O2k8OTU+O2k8OTY+O2k8OTc+O2k8OTg+O2k8OTk+O2k8MTAwPjtpPDEwMT47aTwxMDI+O
<2k8MTAzPjtpPDEwND47aTwxMDU+O2k8MTA2PjtpPDEwNz47aTwxMDg+O2k8MTA5PjtpPD
<ExMD47aTwxMTE+O2k8MTEyPjtpPDExMz47aTwxMTQ+O2k8MTE1PjtpPDExNj47aTwxMTc
<+O2k8MTE4PjtpPDExOT47aTwxMjA+O2k8MTIxPjtpPDEyMj47aTwxMjM+O2k8MTI0Pjtp
<PDEyNT47aTwxMjY+O2k8MTI3PjtpPDEyOD47aTwxMjk+O2k8MTMwPjtpPDEzMT47aTwxM
<zI+O2k8MTMzPjtpPDEzND47aTwxMzU+O2k8MTM2PjtpPDEzNz47aTwxMzg+O2k8MTM5Pj
<tpPDE0MD47aTwxNDE+O2k8MTQyPjtpPDE0Mz47aTwxNDQ+O2k8MTQ1PjtpPDE0Nj47aTw
<xNDc+O2k8MTQ4PjtpPDE0OT47aTwxNTA+O2k8MTUxPjtpPDE1Mj47aTwxNTM+O2k8MTU0
<PjtpPDE1NT47aTwxNTY+O2k8MTU3PjtpPDE1OD47aTwxNTk+O2k8MTYwPjtpPDE2MT47a
<TwxNjI+O2k8MTYzPjtpPDE2ND47aTwxNjU+O2k8MTY2PjtpPDE2Nz47aTwxNjg+O2k8MT
<Y5PjtpPDE3MD47aTwxNzE+O2k8MTcyPjtpPDE3Mz47aTwxNzQ+O2k8MTc1PjtpPDE3Nj4
<7aTwxNzc+O2k8MTc4PjtpPDE3OT47aTwxODA+O2k8MTgxPjtpPDE4Mj47aTwxODM+O2k8
<MTg0PjtpPDE4NT47aTwxODY+O2k8MTg3PjtpPDE4OD47aTwxODk+O2k8MTkwPjtpPDE5M
<T47aTwxOTI+O2k8MTkzPjtpPDE5ND47aTwxOTU+O2k8MTk2PjtpPDE5Nz47aTwxOTg+O2
<k8MTk5PjtpPDIwMD47aTwyMDE+O2k8MjAyPjtpPDIwMz47aTwyMDQ+O2k8MjA1PjtpPDI
<wNj47aTwyMDc+O2k8MjA4PjtpPDIwOT47aTwyMTA+O2k8MjExPjtpPDIxMj47aTwyMTM+
<Oz47bDxwPEFmZ2hhbmlzdGFuIDogKzkzOysyNz47cDxBZnJpcXVlZHVTdWQgOiArMjc7K
<zI3PjtwPEFsYmFuaWUgOiArMzU1OyszNTU+O3A8QWxnw6lyaWUgOiArMjEzOysyMTM+O3
<A8QWxsZW1hZ25lIDogKzQ5Oys0OT47cDxBbmRvcnJlIDogKzM3NjsrMzc2PjtwPEFuZ29
<sIDogKzI0NDsrMjQ0PjtwPEFuZ3VpbGwgOiArMTsrMT47cDxBbnRpZ3VhLWV0LUJhcmJ1
<ZCA6ICsxOysxPjtwPEFudGlsbGVzTsOpZXJsYW5kYWlzZXMgOiArNTk5Oys1OTk+O3A8Q
<XJhYmllU2FvdWRpdGUgOiArOTY2Oys5NjY+O3A8QXJnZW50aW5lIDogKzU0Oys1ND47cD
<xBcm3DqW5pZSA6ICszNzQ7KzM3ND47cDxBcnViIDogKzI5NzsrMjk3PjtwPEF1c3RyYWx
<pZSA6ICs2MTsrNjE+O3A8UGFsZXN0aW5lIDogKzk3MDsrOTcwPjtwPEF1dHJpY2hlIDog
<KzQzOys0Mz47cDxBemVyYmFpZGphbiA6ICs5OTQ7Kzk5ND47cDxCYWhhbWFzIDogKzE7K
<zE+O3A8QmFocmVpbiA6ICs5NzM7Kzk3Mz47cDxCYW5nbGFkZXNoIDogKzg4MDsrODgwPj
<twPEJhcmJhZGUgOiArMTsrMT47cDxCacOpbG9ydXNzaWUgOiArMzc1OyszNzU+O3A8QmV
<sZ2lxdWUgOiArMzI7KzMyPjtwPEJlbGl6ZSA6ICs1MDE7KzUwMT47cDxCw6luaW4gOiAr
<MjI5OysyMjk+O3A8QmVybXVkZXMgOiArMTsrMT47cDxCaG91dGFuIDogKzk3NTsrOTc1P
<jtwPEJvbGl2aWUgOiArNTkxOys1OTE+O3A8Qm9zbmllLUhlcnrDqWdvdmluZSA6ICszOD
<c7KzM4Nz47cDxCb3Rzd2FuYSA6ICsyNjc7KzI2Nz47cDxCcsOpc2lsIDogKzU1Oys1NT4
<7cDxCcnVuZWkgOiArNjczOys2NzM+O3A8QnVsZ2FyaWUgOiArMzU5OyszNTk+O3A8QnVy
<a2luYUZhc28gOiArMjI2OysyMjY+O3A8QnVydW5kaSA6ICsyNTc7KzI1Nz47cDxDYW1ib
<2RnZSA6ICs4NTU7Kzg1NT47cDxDYW1lcm91biA6ICsyMzc7KzIzNz47cDxDYW5hZGEgOi
<ArMTsrMT47cDxDYXAtVmVydCA6ICsyMzg7KzIzOD47cDxJbGVzQ2FpbWFuZXMgOiArMTs
<rMT47cDxDZW50cmFmcmlxdWUgOiArMjM2OysyMzY+O3A8Q2hpbGkgOiArNTY7KzU2Pjtw
<PENoaW5lIDogKzg2Oys4Nj47cDxDaHlwcmUgOiArMzU3OyszNTc+O3A8Q29sb21iaWUgO
<iArNTc7KzU3PjtwPENvbW9yZXMgOiArMjY5OysyNjk+O3A8UkRDb25nbyA6ICsyNDM7Kz
<I0Mz47cDxDb25nbyA6ICsyNDI7KzI0Mj47cDxDb3LDqWVkdU5vcmQgOiArODUwOys4NTA
<+O3A8Q29yw6llZHVTdWQgOiArODI7KzgyPjtwPENvc3RhUmljYSA6ICs1MDY7KzUwNj47
<cDxDw7R0ZWQnSXZvaXJlIDogKzIyNTsrMjI1PjtwPENyb2F0aWUgOiArMzg1OyszODU+O
<3A8Q3ViIDogKzUzOys1Mz47cDxEYW5lbWFyayA6ICs0NTsrNDU+O3A8RGppYm91dGkgOi
<ArMjUzOysyNTM+O3A8UsOpcHVibGlxdWVEb21pbmljYWluZSA6ICsxOysxPjtwPERvbWl
<uaXF1ZSA6ICsxOysxPjtwPMOJZ3lwdGUgOiArMjA7KzIwPjtwPMOJbWlyYXRzQXJhYmVz
<VW5pcyA6ICs5NzE7Kzk3MT47cDzDiXF1YXRldXIgOiArNTkzOys1OTM+O3A8w4lyeXRoc
<sOpZSA6ICsyOTE7KzI5MT47cDxFc3BhZ25lIDogKzM0OyszND47cDxFc3RvbmllIDogKz
<M3MjsrMzcyPjtwPMOJdGF0cy1VbmlzIDogKzE7KzE+O3A8w4l0aGlvcGllIDogKzI1MTs
<rMjUxPjtwPElsZXNGw6lyb8OpIDogKzI5ODsrMjk4PjtwPEZpZGppIDogKzY3OTsrNjc5
<PjtwPEZpbmxhbmRlIDogKzM1ODsrMzU4PjtwPEZyYW5jZSA6ICszMzsrMzM+O3A8R2Fib
<24gOiArMjQxOysyNDE+O3A8R2FtYmllIDogKzIyMDsrMjIwPjtwPEfDqW9yZ2llIDogKz
<k5NTsrOTk1PjtwPEdoYW4gOiArMjMzOysyMzM+O3A8R2licmFsdGFyIDogKzM1MDsrMzU
<wPjtwPEdyw6hjZSA6ICszMDsrMzA+O3A8R3JlbmFkZSA6ICsxOysxPjtwPEdyb2VubGFu
<ZCA6ICsyOTk7KzI5OT47cDxHdWFkZWxvdXBlIDogKzU5MDsrNTkwPjtwPEd1YW0gOiArM
<TsrMT47cDxHdWF0ZW1hbCA6ICs1MDI7KzUwMj47cDxHdWluw6llIDogKzIyNDsrMjI0Pj
<twPEd1aW7DqWVFcXVhdG9yaWFsZSA6ICsyNDA7KzI0MD47cDxHdWluw6llLUJpc3NhdSA
<6ICsyNDU7KzI0NT47cDxHdXlhbiA6ICs1OTI7KzU5Mj47cDxHdXlhbmUgOiArNTk0Oys1
<OTQ+O3A8SGFJdGkgOiArNTA5Oys1MDk+O3A8SG9uZHVyYXMgOiArNTA0Oys1MDQ+O3A8S
<G9uZ0tvbmcgOiArODUyOys4NTI+O3A8SG9uZ3JpZSA6ICszNjsrMzY+O3A8SW5kZSA6IC
<s5MTsrOTE+O3A8SW5kb27DqXNpZSA6ICs2MjsrNjI+O3A8SXJhayA6ICs5NjQ7Kzk2ND4
<7cDxJcmFuIDogKzk4Oys5OD47cDxJcmxhbmRlIDogKzM1MzsrMzUzPjtwPElzbGFuZGUg
<OiArMzU0OyszNTQ+O3A8SXNyYcOrbCA6ICs5NzI7Kzk3Mj47cDxJdGFsaWUgOiArMzk7K
<zM5PjtwPEphbWFJcXVlIDogKzE7KzE+O3A8SmFwb24gOiArODE7KzgxPjtwPEpvcmRhbm
<llIDogKzk2MjsrOTYyPjtwPEthemFraHN0YW4gOiArNzsrNz47cDxLZW55IDogKzI1NDs
<rMjU0PjtwPEtpcmdoaXpzdGFuIDogKzk5NjsrOTk2PjtwPEtpcmliYXRpIDogKzY4Njsr
<Njg2PjtwPEtvd2VJdCA6ICs5NjU7Kzk2NT47cDxMYW9zIDogKzg1NjsrODU2PjtwPExlc
<290aG8gOiArMjY2OysyNjY+O3A8TGV0dG9uaWUgOiArMzcxOyszNzE+O3A8TGliYW4gOi
<ArOTYxOys5NjE+O3A8TGliw6lyaSA6ICsyMzE7KzIzMT47cDxMaWJ5ZSA6ICsyMTg7KzI
<xOD47cDxMaWVjaHRlbnN0ZWluIDogKzQyMzsrNDIzPjtwPExpdHVhbmllIDogKzM3MDsr
<MzcwPjtwPEx1eGVtYm91cmcgOiArMzUyOyszNTI+O3A8TWFjYW8gOiArODUzOys4NTM+O
<3A8TWFjw6lkb2luZSA6ICszODk7KzM4OT47cDxNYWRhZ2FzY2FyIDogKzI2MTsrMjYxPj
<twPE1hbGFpc2llIDogKzYwOys2MD47cDxNYWxhd2kgOiArMjY1OysyNjU+O3A8TWFsZGl
<2ZXMgOiArOTYwOys5NjA+O3A8TWFsaSA6ICsyMjM7KzIyMz47cDxJbGVzTWFsb3VpbmVz
<IDogKzUwMDsrNTAwPjtwPE1hbHRlIDogKzM1NjsrMzU2PjtwPElsZXNNYXJpYW5uZXNkd
<U5vcmQgOiArMTsrMT47cDxNYXJvYyA6ICsyMTI7KzIxMj47cDxNYXJzaGFsbCA6ICs2OT
<I7KzY5Mj47cDxNYXJ0aW5pcXVlIDogKzU5NjsrNTk2PjtwPE1hdXJpY2UgOiArMjMwOys
<yMzA+O3A8TWF1cml0YW5pZSA6ICsyMjI7KzIyMj47cDxNYXlvdHRlKEZyYW5jZSkgOiAr
<MjYyOysyNjI+O3A8TWV4aXF1ZSA6ICs1MjsrNTI+O3A8TWljcm9uw6lzaWUgOiArNjkxO
<ys2OTE+O3A8TW9sZGF2aWUgOiArMzczOyszNzM+O3A8TW9uYWNvIDogKzM3NzsrMzc3Pj
<twPE1vbmdvbGllIDogKzk3NjsrOTc2PjtwPE1vbnTDqW7DqWdybyA6ICszODI7KzM4Mj4
<7cDxNb250c2VycmF0IDogKzE7KzE+O3A8TW96YW1iaXF1ZSA6ICsyNTg7KzI1OD47cDxC
<aXJtYW5pZSA6ICs5NTsrOTU+O3A8TmFtaWJpZSA6ICsyNjQ7KzI2ND47cDxOYXVydSA6I
<Cs2NzQ7KzY3ND47cDxOw6lwYWwgOiArOTc3Oys5Nzc+O3A8TmljYXJhZ3UgOiArNTA1Oy
<s1MDU+O3A8TmlnZXIgOiArMjI3OysyMjc+O3A8TmlnZXJpIDogKzIzNDsrMjM0PjtwPE5
<pdcOpIDogKzY4MzsrNjgzPjtwPE5vcnbDqGdlIDogKzQ3Oys0Nz47cDxOb3V2ZWxsZS1D
<YWzDqWRvbmllIDogKzY4NzsrNjg3PjtwPE5vdXZlbGxlLVrDqWxhbmRlIDogKzY0Oys2N
<D47cDxPbWFuIDogKzk2ODsrOTY4PjtwPE91Z2FuZCA6ICsyNTY7KzI1Nj47cDxPdXpiw6
<lraXN0YW4gOiArOTk4Oys5OTg+O3A8UGFraXN0YW4gOiArOTI7KzkyPjtwPFBhbGFvcyA
<6ICs2ODA7KzY4MD47cDxQYW5hbcOhIDogKzUwNzsrNTA3PjtwPFBhcG91YXNpZSA6ICs2
<NzU7KzY3NT47cDxQYXJhZ3VheSA6ICs1OTU7KzU5NT47cDxQYXlzLUJhcyA6ICszMTsrM
<zE+O3A8UMOpcm91IDogKzUxOys1MT47cDxQaGlsaXBwaW5lcyA6ICs2MzsrNjM+O3A8UG
<9sb2duZSA6ICs0ODsrNDg+O3A8UG9seW7DqXNpZUZyYW7Dp2Fpc2UgOiArNjg5Oys2ODk
<+O3A8UG9ydG9SaWNvIDogKzE7KzE+O3A8UG9ydHVnYWwgOiArMzUxOyszNTE+O3A8UWF0
<YXIgOiArOTc0Oys5NzQ+O3A8TGFSw6l1bmlvbiA6ICsyNjI7KzI2Mj47cDxSb3VtYW5pZ
<SA6ICs0MDsrNDA+O3A8Um95YXVtZS1VbmkgOiArNDQ7KzQ0PjtwPFJ1c3NpZSA6ICs3Oy
<s3PjtwPFJ3YW5kYSA6ICsyNTA7KzI1MD47cDxTYWludGUtTHVjaWUgOiArMTsrMT47cDx
<TYWludC1NYXJpbiA6ICszNzg7KzM3OD47cDxJbGVzU2Fsb21vbiA6ICs2Nzc7KzY3Nz47
<cDxTYWx2YWRvciA6ICs1MDM7KzUwMz47cDxTYW1vIDogKzY4NTsrNjg1PjtwPFPDqW7Dq
<WdhbCA6ICsyMjE7KzIyMT47cDxTZXJiaWUgOiArMzgxOyszODE+O3A8U2V5Y2hlbGxlcy
<A6ICsyNDg7KzI0OD47cDxTaWVycmFMZW9uZSA6ICsyMzI7KzIzMj47cDxTaW5nYXBvdXI
<gOiArNjU7KzY1PjtwPFNsb3ZhcXVpZSA6ICs0MjE7KzQyMT47cDxTbG92w6luaWUgOiAr
<Mzg2OyszODY+O3A8U29tYWxpZSA6ICsyNTI7KzI1Mj47cDxTb3VkYW4gOiArMjQ5OysyN
<Dk+O3A8U3JpTGFuayA6ICs5NDsrOTQ+O3A8U3XDqGRlIDogKzQ2Oys0Nj47cDxTdWlzc2
<UgOiArNDE7KzQxPjtwPFN1cmluYW1lIDogKzU5NzsrNTk3PjtwPFN3YXppbGFuZCA6ICs
<yNjg7KzI2OD47cDxTeXJpZSA6ICs5NjM7Kzk2Mz47cDxUYWRqaWtpc3RhbiA6ICs5OTI7
<Kzk5Mj47cDxUYW56YW5pZSA6ICsyNTU7KzI1NT47cDxUYUl3YW4gOiArODg2Oys4ODY+O
<3A8VGNoYWQgOiArMjM1OysyMzU+O3A8UsOpcHVibGlxdWVUY2jDqHF1ZSA6ICs0MjA7Kz
<QyMD47cDxUaGFJbGFuZGUgOiArNjY7KzY2PjtwPFRvZ28gOiArMjI4OysyMjg+O3A8VG9
<uZyA6ICs2NzY7KzY3Nj47cDxUcmluaXTDqS1ldC1Ub2JhZ28gOiArMTsrMT47cDxUdW5p
<c2llIDogKzIxNjsrMjE2PjtwPFR1cmttw6luaXN0YW4gOiArOTkzOys5OTM+O3A8VHVyc
<XVpZSA6ICs5MDsrOTA+O3A8VHV2YWx1IDogKzY4ODsrNjg4PjtwPFVrcmFpbmUgOiArMz
<gwOyszODA+O3A8VXJ1Z3VheSA6ICs1OTg7KzU5OD47cDxWYW51YXR1IDogKzY3ODsrNjc
<4PjtwPFZhdGljYW4gOiArMzc5OyszNzk+O3A8VmVuZXp1ZWwgOiArNTg7KzU4PjtwPFZp
<w6p0TmFtIDogKzg0Oys4ND47cDxZw6ltZW4gOiArOTY3Oys5Njc+O3A8WmFtYmllIDogK
<zI2MDsrMjYwPjtwPFppbWJhYndlIDogKzI2MzsrMjYzPjs+Pjs+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VG
<V4dDs+O2w8RW4gZGVob3JzIGRlIGxhIFR1bmlzaWUsIHZldWlsbGV6IHNhaXNpciBsJ2l
<uZGljYXRpZiBkZSB2b3RyZSBwYXlzLiAoZXggOiArMzM2MTIzNDU2NzgpOz4+Oz47Oz47
<dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxBZHJlc3NlIDo7Pj47Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsP
<ENvZGUgcG9zdGFsIDo7Pj47Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFZpbGxlIDo7Pj47Pj
<s7Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPFBheXMgOjs+Pjs+Ozs+O3Q8dDw7cDxsPGk8MD47aTw
<xPjtpPDI+O2k8Mz47aTw0PjtpPDU+O2k8Nj47aTw3PjtpPDg+O2k8OT47aTwxMD47aTwx
<MT47aTwxMj47aTwxMz47aTwxND47aTwxNT47aTwxNj47aTwxNz47aTwxOD47aTwxOT47a
<TwyMD47aTwyMT47aTwyMj47aTwyMz47aTwyND47aTwyNT47aTwyNj47aTwyNz47aTwyOD
<47aTwyOT47aTwzMD47aTwzMT47aTwzMj47aTwzMz47aTwzND47aTwzNT47aTwzNj47aTw
<zNz47aTwzOD47aTwzOT47aTw0MD47aTw0MT47aTw0Mj47aTw0Mz47aTw0ND47aTw0NT47
<aTw0Nj47aTw0Nz47aTw0OD47aTw0OT47aTw1MD47aTw1MT47aTw1Mj47aTw1Mz47aTw1N
<D47aTw1NT47aTw1Nj47aTw1Nz47aTw1OD47aTw1OT47aTw2MD47aTw2MT47aTw2Mj47aT
<w2Mz47aTw2ND47aTw2NT47aTw2Nj47aTw2Nz47aTw2OD47aTw2OT47aTw3MD47aTw3MT4
<7aTw3Mj47aTw3Mz47aTw3ND47aTw3NT47aTw3Nj47aTw3Nz47aTw3OD47aTw3OT47aTw4
<MD47aTw4MT47aTw4Mj47aTw4Mz47aTw4ND47aTw4NT47aTw4Nj47aTw4Nz47aTw4OD47P
<jtsPHA8QWZnaGFuaXN0YW47MT47cDxBZnJpcXVlIGR1IFN1ZDsyPjtwPEFsZ8OpcmllOz
<M+O3A8QWxsZW1hZ25lOzQ+O3A8QW5nbGV0ZXJyZTs1PjtwPEFuZ29sYTs2PjtwPEFyYWJ
<pZSBTYW91ZGl0ZTs3PjtwPEFyZ2VudGluZTs4PjtwPEF1c3RyYWxpZTs5PjtwPEF1dHJp
<Y2hlOzEwPjtwPEJhaHJlaW47MTE+O3A8QmVsZ2lxdWU7MTI+O3A8QsOpbmluOzEzPjtwP
<EJvbGl2aWU7MTQ+O3A8QnLDqXNpbDsxNT47cDxCdWxnYXJpZTsxNj47cDxCdXJraW5hIE
<Zhc287MTc+O3A8Q2FtZXJvdW47MTg+O3A8Q2FuYWRhOzE5PjtwPENoaWxpOzIwPjtwPEN
<oaW5lOzIxPjtwPENoeXByZTsyMj47cDxDb25nbzsyMz47cDxDw7R0w6kgZCdpdm9pcmU7
<MjQ+O3A8Q3JvYXRpZTsyNT47cDxDdWJhOzI2PjtwPERhbmVtYXJrOzI3PjtwPEVneXB0Z
<TsyOD47cDxFbWlyYXRzIEFyYWJlcyBVbmlzOzI5PjtwPEVxdWF0ZXVyOzMwPjtwPEVzcG
<FnbmU7MzE+O3A8RXRhdC1VbmlzOzMyPjtwPEZpbmxhbmRlOzMzPjtwPEZyYW5jZTszND4
<7cDxHYWJvbjszNT47cDxHYW1iaWU7MzY+O3A8R3LDqGNlOzM3PjtwPEd1YXRlbWFsYTsz
<OD47cDxIb25ncmllOzM5PjtwPEluZGU7NDA+O3A8SW5kb27DqXNpZTs0MT47cDxJcmFrO
<zQyPjtwPElybGFuZGU7NDM+O3A8SXNsYW5kZTs0ND47cDxJdGFsaWU7NDU+O3A8SmFwb2
<47NDY+O3A8Sm9yZGFuaWU7NDc+O3A8S2VueWE7NDg+O3A8S293ZcOvdDs0OT47cDxMaWJ
<hbjs1MD47cDxMaWJ5ZTs1MD47cDxMaXNib25uZTs1MT47cDxNYWRhZ2FzY2FyOzUyPjtw
<PE1hbGFpc2llOzUzPjtwPE1hbGk7NTQ+O3A8TWFsdGU7NTU+O3A8TWFyb2M7NTY+O3A8T
<WF1cml0YW5pZTs1Nz47cDxNZXhpcXVlOzU4PjtwPE5pZ2VyOzU5PjtwPE5pZ2VyaWE7Nj
<A+O3A8Tm9ydsOoZ2U7NjI+O3A8T21hbjs2Mz47cDxPdXpiw6lraXN0YW47NjQ+O3A8UGF
<sZXN0aW5lOzY1PjtwPFBheXMgQmFzOzY2PjtwPFDDqXJvdTs2Nz47cDxQaGlsaXBwaW5l
<czs2OD47cDxQb2xvZ25lOzY5PjtwPFBvcnR1Z2FsOzcwPjtwPFFhdGFyOzcxPjtwPFJvd
<W1hbmllOzcyPjtwPFJ1c3NpZTs3Mz47cDxTY29udGxhbmQ7NzQ+O3A8U8OpbsOpZ2FsOz
<c1PjtwPFNpbmdhcG91cjs3Nj47cDxTbG92YXF1aWU7Nzc+O3A8U2xvdsOpbmllOzc4Pjt
<wPFNvdWRhbjs3OT47cDxTdcOoZGU7ODA+O3A8U3Vpc3NlOzgxPjtwPFN5cmllOzgyPjtw
<PFRhbnphbmllOzgzPjtwPFRoYcOvbGFuZGU7ODQ+O3A8VG9nbzs4NT47cDxUdW5pc2llO
<zg2PjtwPFR1cnF1aWU7ODc+O3A8WcOpbWVuOzg4PjtwPFphbWJpZTs4OT47Pj47Pjs7Pj
<t0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPCgqKSA6IE1lcmNpIGRlIGJpZW4gdm91bG9pciByZW1wbGl
<yIGxlcyBjaGFtcHMgcmVxdWlzLjs+Pjs+Ozs+Oz4+O3Q8O2w8aTwxPjtpPDU+O2k8Nz47
<aTw5PjtpPDExPjtpPDEzPjtpPDE1PjtpPDE3PjtpPDE5PjtpPDIzPjtpPDI1Pjs+O2w8d
<DxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxWb3RyZSBtb2RlIGRlIHBhaWVtZW50IDo7Pj47Pjs7Pjt0PH
<A8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+Ozs+O3Q8cDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs
<+PjtwPGw8b25jbGljazs+O2w8amF2YXNjcmlwdDpkaXNwbGF5X0J1dHRvbl9WYWxpZGF0
<ZV9QYXkoJ1BheWVyJylcOzs+Pj47Oz47dDxwPHA8bDxWaXNpYmxlOz47bDxvPGY+Oz4+O
<3A8bDxvbmNsaWNrOz47bDxqYXZhc2NyaXB0OmRpc3BsYXlfQnV0dG9uX1ZhbGlkYXRlX1
<BheSgnUGF5ZXInKVw7Oz4+Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFZpc2libGU7PjtsPG88Zj47Pj47cDx
<sPG9uY2xpY2s7PjtsPGphdmFzY3JpcHQ6ZGlzcGxheV9CdXR0b25fVmFsaWRhdGVfUGF5
<KCdQYXllcicpXDs7Pj4+Ozs+O3Q8cDxsPFZpc2libGU7PjtsPG88dD47Pj47bDxpPDE+O
<2k8Mz47PjtsPHQ8cDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtwPGw8b25jbGljazs+O2
<w8amF2YXNjcmlwdDpkaXNwbGF5X0J1dHRvbl9WYWxpZGF0ZV9QYXkoJ1BheWVyJylcO0R
<pc3BsYXlQYXltZW50UG9pbnRDb21wb25lbnQoZmFsc2UpXDs7Pj4+Ozs+O3Q8cDxwPGw8
<VGV4dDtWaXNpYmxlOz47bDxDYXJ0ZSBCYW5jYWlyZSAoVklTQSB8IE1BU1RFUkNBUkQgf
<CBDSUIpXDxzcGFuIGNsYXNzPSdjcl90aXRsZTgnXD4gWyBUb3RhbCDDoCBwYXllciA6ID
<E4MC45NjAgRFQgXVw8L3NwYW5cPlw8YnJcPjtvPHQ+Oz4+O3A8bDxvbmNsaWNrOz47bDx
<qYXZhc2NyaXB0OmRpc3BsYXlfQnV0dG9uX1ZhbGlkYXRlX1BheSgnUGF5ZXInKVw7RGlz
<cGxheVBheW1lbnRQb2ludENvbXBvbmVudChmYWxzZSlcOzs+Pj47Oz47Pj47dDxwPGw8V
<mlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+PjtsPGk8MT47aTwzPjs+O2w8dDxwPHA8bDxWaXNpYmxlOz
<47bDxvPGY+Oz4+O3A8bDxvbmNsaWNrOz47bDxqYXZhc2NyaXB0OmRpc3BsYXlfQnV0dG9
<uX1ZhbGlkYXRlX1BheSgnUGF5ZXInKVw7Oz4+Pjs7Pjt0PHA8cDxsPFZpc2libGU7Pjts
<PG88Zj47Pj47cDxsPG9uY2xpY2s7PjtsPGphdmFzY3JpcHQ6ZGlzcGxheV9CdXR0b25fV
<mFsaWRhdGVfUGF5KCdQYXllcicpXDs7Pj4+Ozs+Oz4+O3Q8cDxsPFZpc2libGU7PjtsPG
<88dD47Pj47bDxpPDE+O2k8Mz47PjtsPHQ8cDxwPGw8VGV4dDtWaXNpYmxlOz47bDxQYWl
<lbWVudCDDoCBsJ2FnZW5jZSAocsOpc2VydmF0aW9uIGdhcmFudGllIHBvdXIgNDhoKVw8
<c3BhbiBjbGFzcz0nY3JfdGl0bGUxJ1w+IFsgVG90YWwgw6AgcGF5ZXIgOiAxODAuOTYwI
<ERUIF1cPC9zcGFuXD5cPGJyXD47bzx0Pjs+PjtwPGw8b25jbGljazs+O2w8amF2YXNjcm
<lwdDpkaXNwbGF5X0J1dHRvbl9WYWxpZGF0ZV9QYXkoJ1ZhbGlkZXInKVw7RGlzcGxheVB
<heW1lbnRQb2ludENvbXBvbmVudCh0cnVlKVw7Oz4+Pjs7Pjt0PHA8bDxWaXNpYmxlOz47
<bDxvPHQ+Oz4+O2w8aTwxPjs+O2w8dDxwPHA8bDxUZXh0Oz47bDxBZ2VuY2Ugc2nDqGdlI
<FR1bmlzIDogUnVlIDg2MTIgSW1wIE7CsDQgWi5JLiBMYSBDaGFyZ3VpYSAyMDM1IC0gMj
<E2LjcxLjIwNSA1MDAgOz4+Oz47Oz47Pj47Pj47dDw7bDxpPDE+O2k8Mz47PjtsPHQ8cDx
<wPGw8VGV4dDs+O2w8TWVyY2kgZGUgY2hvaXNpciBsZSBwb2ludCBkZSByZXRyYWl0IGRl
<IHZvdHJlIGRvc3NpZXIgZGUgdm95YWdlIDo7Pj47Pjs7Pjt0PDtsPGk8MD47aTwxPjs+O
<2w8dDxwPGw8VmlzaWJsZTs+O2w8bzxmPjs+Pjs7Pjt0PHA8bDxfIUl0ZW1Db3VudDs+O2
<w8aTwwPjs+Pjs7Pjs+Pjs+Pjt0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPEonYWNjZXB0ZSBsZXMgY29
<uZGl0aW9ucyBnw6luw6lyYWxlcyBkZSB2ZW50ZSA6Oz4+Oz47Oz47dDxwPHA8bDxOYXZp
<Z2F0ZVVybDtUZXh0Oz47bDxqYXZhc2NyaXB0OiBTaG93Q2l0eVdpbmRvdygnL2NyLnJlc
<2EvdWkvYnVzaW5lc3MvR1NDX0RldGFpbC5hc3B4P3BvcHVwPTEmSWQ9NzA3JnVzZXI9Nz
<A3JmN1cnI9MSZpbG5nPTEnICk7Vm9pcjs+Pjs+Ozs+Oz4+O3Q8cDxsPHZhbHVlOz47bDx
<WYWxpZGVyOz4+Ozs+O3Q8cDxsPHZhbHVlO1Zpc2libGU7PjtsPEFqb3V0ZXIgdW5lIGF1
<dHJlIHByZXN0YXRpb24uLi47bzxmPjs+Pjs7Pjt0PHA8bDx2YWx1ZTs+O2w8UGF5ZXI7P
<j47Oz47Pj47dDw7bDxpPDA+Oz47bDx0PHA8cDxsPFRleHQ7PjtsPENZQkVSRVNBLk5FVC
<AvLyBDUi5SRVNBIFYgMi45LjYuMjY0MjQ7Pj47Pjs7Pjs+Pjs+Pjs+PjtsPFJhZGlvQnV
<0dG9uX1BheW1lbnRXaXRoTmF0aW9uYWxDYXJkO1JhZGlvQnV0dG9uX0xvY2FsUGF5bWVu
<dDtSYWRpb0J1dHRvbl9Mb2NhbFBheW1lbnQ7Q2hlY2tCb3hfQWNjZXB0X0dTQzs+Pubev
<o+WY58n2Tr6zAc4d94QU0GU" />

Page lente, comme c’est étrange.

La fin annoncée de DotClear

Ou en tout cas, la fin de son développement actif tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Peut-être l’occasion d’abandonner ce blog en même temps que le navire coule.

les échanges de mails stockés un an

Projet de loi obligeant les fournisseurs télécoms (Belgacom, Telenet…) à stocker, pendant un an, toutes les traces de communication transitant par leurs serveurs.

Et encore un peu moins de liberté pour vous, sacrifiée cette fois sur l’autel de la lutte contre la grande criminalité. Ceci n’est pas l’Europe que j’avais souhaitée.

Pendant ce temps là, trois PV sur quatre sont classés sans suite.

Il nous faut sans doute plus de caméras et plus de surveillance. Si vous n’avez rien à vous reprocher, cela ne devrait pas vous poser de problème, à en croire le fallacieux adage.

Laananneries

Délectable article de Nicolas Baygert sur le défaut de substance politique à Bruxelles. L’auteur tire dans tout les sens et fait mouche à chaque fois.

Logo identitaire, opération puérile “Bruxelles je t’aime” en réaction épidermique et mal contrôlée aux critiques de Jean Quatremer sur Bruxelles,poncifs en mode Couleur Café, mise en exergue des mécanisme du festivisme que j’avais déjà le plaisir de critiquer.

La médiocrité de la ministre de la (puéri)culture est ici condensée en un seul article.

Des Laananneries creusant le fossé entre Bisounoursisme politique et priorités citoyennes

Ca pourrait presque être une phrase-culte. :)

Un régale à lire.

Wal-lol-nia

Parodie Lego du logo wallonia.be, Le Vif

Après le fiasco du “branding” de la Wallonie commandé à McKinsey pour 477.000€, dont les recommandations ont débouché sur la commande d’un logo au prix scandaleux de 60.000€, il n’a pas fallu longtemps pour qu’apparaissent des parodies.

Ah oui, il en coutera 2.500€ de plus pour récupérer le nom de domaine qui va bien.

Wallonia’s got talent, c’est sûr.

Le Talent

Money on Money

Le Talent : encore une autre monnaie alternative, et bientôt des réseaux de monnaies alternatives… Celle-ci à Ottigies-LLN. La mode est à l’ “alternatif” qui se confond avec le “citoyen” et l‘“humain”.

Avec potentiellement, derrière les poncifs, des frais de change, de la spéculation et des frais d’émission. Et même sans ces inconvénients, les objectifs annoncés peuvent AMHA être atteints sans effort voire plus facilement en utilisant des bêtes euros.

“Nous voulons inciter les consommateurs à favoriser les producteurs et les commerçants locaux et de la sorte renforcer le tissu économique et les circuits courts”

— pas besoin de monnaie alternative; optez spontanément pour de tels produits et commerçants et payez en euro.

“Nous voulons inciter les habitants et les étudiants à adopter des comportements citoyens et, notamment, en matière d’environnement, de participation et de solidarité”

— quel rapport avec une monnaie alternative? Et encore une fois, c’est faisable en utilisant des euros.

“c’est une monnaie « éthique » parce que les prestataires s’engagent dans une démarche écologique, relocalisante, humaine et citoyenne.”

— y aura-t-il un contrôle sur ce qui est « éthique » ? Si oui, exercé par qui ? Si non, quelle différence avec l’euro ? Quelle différence avec les infâmes eco-chèques sur le volet écologique ? Pourquoi pas un label plutôt qu’une monnaie ?

“c’est une monnaie sans intérêt : personne n’aura intérêt à la garder pour spéculer, mais au contraire, tout le monde aura intérêt à la faire circuler.”

— Il y a toujours un intérêt à spéculer (sauf qu’ici, le côté confidentiel de la diffusion ne s’y prête pas, contrairement à bitcoin). Le simple fait qu’un ensemble de gens accordent une valeur à une monnaie, un bien ou un service entraîne la spéculation.

“Nous voulons renforcer le pouvoir d’achat des personnes les plus touchées par la crise économique”

— Avec une parité annoncée à 1 pour 1 avec l’euro, ça change… rien en fait. En lisant plus avant la FAQ, ce sera le cas si le commerçant accorde des réductions pour ce mode de paiement. Hmmm. Tout comme il pourrait le faire contre des euros, contre des chèques-repas ou contre de éco-chèques, en somme.

Mis à part le côté engagé et symbolique, je n’y vois donc aucun intérêt, et en tout cas aucun rapport avec les objectifs poursuivis. Au contraire, des questions se posent sur l’évaluation de ce qui est éthique.

Un gadget #bobo de plus, comme on les aime à #OLLN.

Image: Money on Money, 401(K) 2013

- page 1 de 22